Badaroux est situé en Lozère sur la rive droite du Lot, entre Mende et Laubert. Randonnées, pêche, centre équestre, mur d'escalade, baignade.

Badaroux en Lozère. (Languedoc-Roussillon) 

Badaroux
Alt. 800m.

Badaroux en Lozère

Badaroux en Lozère. (Languedoc-Roussillon)Badaroux en Lozère. (Languedoc-Roussillon)Situé sur la rive droite du Lot, à 6 km à l'Est de Mende, 165 km de Montpellier et 210 km de Lyon. Badaroux est la patrie de Jean-Antoine Chaptal (1756-1832), chimiste, ministre et homme d'Etat sous Napoléon 1". Une plaque de bronze rappelant la vie de ce grand Lozérien a été apposée sur le parapet du pont de Nojaret, son village natal. La région de Badaroux s'étend sur les deux rives du Lot : cette rivière a une longueur de rives (rive droite et rive gauche additionnée) de 20 km sur le territoire de la commune. Au centre de Badaroux se trouve une originale croix sculptée.

J'ai dix ans, me raconte Guy, quand on débarque en 1956-57 dans le village de Badaroux, en Lozère, à quelques kilomètres de Mende, pour les vacances. Mon père est militaire, ma mère institutrice à Versailles. Je n'ai jamais vu mes grands-parents. Il faut dire que 650 kilomètres avec la Prima 4. Enfin, cette fois on y est. Pas d'eau courante, tout juste l'électricité. Ma mère, qui n'est pas venue depuis quinze ans, se remet de suite à vivre comme une vraie lozérienne de l'époque. Les hommes mangent assis et les femmes debout devant la cuisinière à charbon.

Dès la première rencontre, mon grand-père ne m'aime pas : pour lui je ne suis pas de la famille, je ressemble à mon père. Mais j'ai la cote avec grand-mère. Elle me gâte, m'explique le village. Un jour elle me raconte cette histoire qui allait s'étaler jusqu'à mes vingt ans. Depuis longtemps dans le coin, me dit-elle, deux scieries se livrent une concurrence farouche. Or au mois de novembre dernier, l'une obtient une coupe de bois immense qui condamne l'autre à la fermeture. Le chantier des victorieux se met au travail. Chaque fin de journée, le patron conduit le camion pour rentrer au village, les employés dans la benne. Or un soir, dans un virage, un type fait du stop. Comme il gèle, le patron s'arrête et fait monter le gars dans la cabine à côté de lui. Je te précise que la cabine est vitrée et que les ouvriers peuvent voir ce qui se trame dedans.

Badaroux en Lozère. (Languedoc-Roussillon)Les deux hommes discutent : oui, dit le patron, c'est bien moi qui ai eu l'adjudication pour la coupe. Et bien sûr qu'il a magouillé pour avoir le marché. Ça, tout le monde le sait. Soudain, à l'orée du village, et apparemment sans raison, le camion fait une embardée et se jette dans le fossé. Secours, pompiers, gendarmes. Des blessés pas trop graves dans la benne, mais le patron est en état de choc. On le transporte à l'hôpital. Il n'a rien de sérieux.

Badaroux en Lozère. (Languedoc-Roussillon)Le lendemain, il réussit à s'exprimer. Il raconte que d'un seul coup à la place de l'auto-stoppeur est apparu le diable. Un être aux ongles longs, des cornes, un rire satanique. Le lendemain, le patron a la jaunisse. Et après l'accident, aucune trace de l'auto-stoppeur. Comme s'il s'était évaporé. On interroge les ouvriers, des républicains espagnols, pas très portés sur la mystique, qui confirment l'histoire. Eux aussi ont vu le diable.

À la messe ce dimanche-là, l'abbé Balmès prend la parole et explique : mes bien chers frères, quand on essaye de tricher, de truander, Dieu envoie un ange déguisé en Satan, pour faire expier les fautes. Quand ma grand-mère me raconte ça, il faut dire que nous sommes en Lozère, dans les années 50, et qu'à l'époque tout le village croit au diable, et tout le village va à l'église. Même mon grand-père mécréant a de gros doutes.

Quelques années passent, j'ai maintenant 14-15 ans, on retourne souvent à Badaroux et je vais à la messe, en particulier à pâques, et à confesse. Le curé Balmès est très dur. Pardonnez-moi mon père parce que j'ai péché, etc. Puis les questions délicates : n'avez-vous pas de mauvaises pensées ? Vous vous tripotez ? Avez-vous eu des relations avec les filles du village ? J'avoue qu'on s'embrasse sur la bouche. Vous les tripotez ? Oui, bien sûr. La main dans la culotte ? Ah non, pas de ça chez nous. Alors il me donne l'absolution, mais c'est la dernière fois, la prochaine vous irez la chercher chez le pape.

Pour les gens d'ici je suis le parisien. Avec les amis du village on fait les andouilles, on met des coups de pied dans les gouttières. Ce dimanche-là, tout le monde est déjà assis. Chaque famille a un banc à son nom et notre banc est complet. Je monte jusqu'au choeur, d'un côté les filles, de l'autre les garçons, mais là aussi c'est plein, car jour de pâques. Les hommes au fond de l'église me voient sans place et me font signe de les rejoindre. Puis l'abbé monte en chaire, et démarre son homélie : frères et soeurs, je me dois de vous parler d'un problème insupportable. Certain jeune parisien, que je ne nommerai pas, nonobstant de cabosser les gouttières et de faire du bruit, a une conduite scandaleuse, se livre à des orgies avec les filles du village, les détourne du droit chemin...

Badaroux en Lozère. (Languedoc-Roussillon)Je transpire à grosses gouttes, ne sais plus où me mettre. Le salaud a trahi le secret de la confession, devant tout le monde. Je pars à toute vitesse me réfugier à la maison, avant même qu'il ait fini.

Badaroux en Lozère. (Languedoc-Roussillon)Mon père, qui n'est pas à la messe, me voit arriver : tu fais une drôle de tête mon bonhomme. Puis ma grand-mère apparaît, décomposée, et apostrophe mon père : votre fils est la honte de notre vie ! Je me défends en tentant d'expliquer que le curé Balmès a trahi le secret de la confession. Mais tout le monde me tombe dessus. Une torgnole par mon père, puis d'autres. Je me jure qu'un jour je me vengerai. Les gens du village interdisent aux copains de me fréquenter, aux filles encore plus. Heureusement que j'ai ma cousine germaine. Plus aucun adulte du village ne m'adresse la parole. Je suis devenu un paria. Mais la morale triomphe toujours, preuve qu'il y a un Dieu. Trois ans plus tard, je me réjouis en apprenant que l'abbé Balmès est muté, envoyé à Servelette, à 50 kilomètres.

Depuis des années il est l'amant de la Marthe, la tenancière. Ce dimanche 1962 sonne bien sa dernière messe. Lui qui a trahi le secret de la confession est maintenant trahi par sa maîtresse, que j'aperçois ce matin-là, devant le boucher ambulant, et répétant : on le regrettera bien, le curé Balmès. Comme on dit en Lozère, elle lui a rivé son clou.

Ma grand-mère est toute triste, n'a pas sa tête habituelle. Il y a un apéritif et un cadeau de départ pour le curé : une Dauphine. Il faut qu'ils l'aiment le rosse, on peut dire qu'ils se sont ruinés. Je ne pense plus entendre parler de lui donc, avant ce qui suit, en guise d'épilogue. Avec ma cousine, désormais on a vingt ans, et on fait les quatre cents coups. Il y a un énorme rocher en surplomb du village, qu'on appelle la Fage. J'imagine de monter de nuit et faire partir des feux de Bengale. Sitôt dit sitôt fait. On fait péter tout ça et puis on redescend. À ce moment-là on entend un hélicoptère qui tourne... La lune dans le puits. Des histoires vraies de méditerranée. Par François Beaune. Publié par Editions Gallimard.

 

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.

Valid XHTML 1.0 Transitional